Depuis une bonne décennie, le consommateur surnage entre deux eaux d'une bouillie de termes, de slogans et de labels naturo-écolo-bio dont les deux tiers ont été concoctés par les agences marketing des tout puissants lobbys de l'industrie. Autant dire qu'ils n'ont de l'écologie que la couleur.

En parallèle de cette mode, les fictions grand public n'hésitent pas, paradoxalement, a véhiculé toujours la même idée reçue sur les produits "bio" ; ceux qui y sont convertis sont des farfelus ou des extrémistes intransigeants, et c'est à chaque fois présenté comme quelque chose d'immangeable et pas du tout appétissant une fois dans une assiette.

Il est temps de faire un tri sélectif pour savoir véritablement de quoi on parle. C'est l'ambition de cet article ; offrir des repères simples pour mieux comprendre ce qui est caché derrière tout ce charabia.

Étape #1

Trois adjectifs sont à distinguer :

  • Écologique
  • Naturel
  • Bio

✲ ÉCOLOGIQUE :

C'est la notion la plus large. Ce qui est écologique regroupe toutes les propriétés bénéfiques pour l'environnement, c'est à dire la biosphère et la biodiversité. "Bon pour l'environnement" est une notion à géométrie très variable. La proportion des qualités écologiques d'un produit n'influence pas l'appellation. Il suffit d'une seule.

par exemple :

  • Recyclable (ce qui ne veut pas dire effectivement recyclé une fois jeté à la poubelle)
  • Sans émission de gaz à effet de serre
  • Biodégradable
  • Renouvelable

Depuis cette liste, on entrevoit aisément à quel point les centrales nucléaires ne sont pas écologiques.

Ainsi est écologique un produit qui prétend ne pas rejeter de CO² lors de sa fabrication. "C'est déjà ça !" me direz-vous. Mais souvent ça n'est pas beaucoup quand on envisage le produit dans son ensemble. Par exemple le problème insoluble des déchets hautement radioactifs et pour des milliers d'années qu'accumulent les centrales.

Par exemple un meuble en bois, matériau naturel et renouvelable. Est-il pour autant "écologique" ? Oui et non. Cela dépend des traitements fongicides qu'il a subi, s'il a été vernis et collé avec des produits toxiques, s'il a nécessité des milliers de kilomètres de transport maritime et routier parce que l'essence de bois dont il est fait provient d'Amérique du Sud où son exploitation participe à la déforestation.

Ainsi il existe des Écolabels qui désignent différentes qualités d'impact réduit sur l'environnement et aux cahiers des charges plus ou moins exigeants. Les labels Bio en font partie. L'Ademe a édité un petit guide qui en recense 50 que l'on rencontre très régulièrement.

Écologique est donc une qualité à contextualiser. Tout comme "Naturel", notre second adjectif.

*NATUREL :

Signifie ce qui est produit par la nature, par opposition à artificiel, à ce qui est fait par l'homme.

par exemple :

  • L'eau de source
  • Le bois, le chanvre, la laine
  • Les légumes
  • Le sel

Cela exclut de fait tous les OGM. Mais cela inclut ce qui est récolté dans la nature et transformé par l'homme. Le caractère plus ou moins naturel de ces produits se situe ensuite au niveau :

  • du mode de culture
  • du procédé de transformation
  • des deux.

Par exemple :

  • Le miel
  • La farine
  • La confiture

C'est souvent là que les publicitaires commencent à jouer sur les mots. Pour s'y retrouver, voilà ce qu'il faut retenir :

Moins l'homme intervient, plus le produit est naturel.

par exemple :

  • Farine moulue sur une meule de pierre ≠ farine moulue entre deux rouleaux en acier qui chauffent et détruisent des vitamines.
  • Huile vierge extraite par une seule pression à froid ≠ huile raffinée extraite à chaud et mélangée à d'autres extractions.
  • Savon cuit à feu doux et séché au soleil ≠ savon fabriqué par hydrolyse d'eau bouillante sous haute pression mélangée à du savon de zinc.
  • Culotte 100% coton bio dans sa couleur naturelle ≠ culotte en coton conventionnel mélangé à une fibre synthétique, teinte aux colorants toxiques et parfumée de nanoparticules chimiques.

(À noter que le coton est la plante qui retient le plus dans ces fibres les pesticides qui ont été utilisés pour sa culture.)

La transformation revêt de multiples aspects plus ou moins préjudiciables pour la qualité du produit brut et nocifs pour la santé. Je m'attarderais plus particulièrement sur ceux du domaine de l'alimentation. On lira par exemple un joli "100% naturel" sur une boîte de bouillon en cubes alors que des tas de choses ont pu arriver entre le moment de la culture des légumes qui le composent et celui où le bouillon se retrouve dans votre assiette ; ce qui en fait un aliment plus très... naturel.

par exemple :

  • Congélation, surgélation
  • Pasteurisation, stérilisation
  • Ajouts d'additifs : conservateurs, matières grasse hydrogénées, colorants, exhausteurs de goût, parfums de synthèse, agents de texture, correcteurs d'acidité, agents d'enrobage, anti-agglomérants, antioxygènes, édulcorants, émulsifiants, épaississants, agents de levuration, humectants, gélifiants, stabilisants, gaz d'emballage, sel de fonte...

Les additifs sont un problème majeur, même dans le Bio. Ils sont tous répertoriés dans ce mini-guide (pdf).

Sur une étiquette, les ingrédients sont toujours indiqués dans l'ordre décroissant de leur proportion.

par exemple :

Composition du Nutella :

  • Sucres -> 52,2%
  • Huile de palme -> 17,3%
  • Noisettes -> 13%
  • cacao maigre -> 7,4
  • Lait écrémé en poudre -> 6,6%
  • Lactosérum -> 0,8%
  • Lécithine de soja -> 0,7%
  • Arômes -> 0,7%

Depuis ces chiffre, on entrevoit aisément à quel point ce produit n'est pas du tout à base de lait, de chocolat et de noisettes, contrairement à ce que toutes ses publicités prétendent. En additionnant les deux premiers ingrédients, on obtient même une base de 70% de sucre et d'huile.

En l'occurrence du saccharose, la version du sucre la plus raffinée, exempte de tous nutriments ; un non aliment donc.

Il en va de même pour tout ce qui est estampillé "Végétal". C'est particulièrement vrai dans l'industrie cosmétique.

Des tas de marques qui vont des plus populaires au plus luxueuses proposent de nouvelles lignes de produits "sans paraben", jouant sur cet argument pour leur donner une plus value, tout en continuant à commercialiser leurs anciennes gammes truffés de substances toxiques, dont des paraben.

Pour différencier les deux, ils impriment sur leurs emballages de jolis logos design en forme de feuille, d'arbre ou de pétales de fleurs qui soulignent l'estampille "végétal", "pur", "naturel" ou même "bio".

Mais regardons de plus près ce qu'il y a dans leur nouvelle formule peinte en vert...

par exemple :

Composition du soin de jour anti-rides Nivea "Pure & Natural" :

  • Aqua - (eau de qualité variable)
  • Glycerin - (origine animale ou végétale)
  • Cetearyl Alcohol - (alcool gras)
  • Hydrogenated Vegetable Oil - (huile végétale hydrogénée)
  • Alcohol Denat - (alcool dénaturée)
  • Caprylic/Capric Triglyceride - (huile estérifiée)
  • Glyceryl Stearate Citrate - (ester synthétique)
  • Hydrogenated Coco Glycerides - (lipide naturelle hydrogéné)
  • Methylpropanediol - (solvant synthétique)
  • Octyldodecanol - (alcool gras synthétique)
  • Dicaprylyl Ether - (ether naturel)
  • Glyceryl Stearate - (huile estérifiée dérivé de la glycérine)
  • Arctium Lappa Fruit Extract - (extrait de fruit de bardane bio)
  • Argania Spinosa Kernel Oi - (huile d'argan bio)
  • Tocopherol - (vitamine E, conservateur naturel et synthétique)
  • Tocopheryl Acetate - (dérivé synthétique de la vitamine E)
  • Sodium Carbomer - (gélifiant synthétique)
  • Xanthan Gum - (épaississant obtenu par fermentation d'une bactérie sur un substrat hydrocarboné (exemple : amidon de maïs, glucose, sucrose). Le mélange obtenu est purifié avec de l'éthanol ou de l'isopropanol, séché et moulu)
  • Phenoxyethanol, C - (solvant synthétique)
  • 1,2-Hexanediol - (solvant synthétique ou végétal)
  • Methylisothiazolinone, C - (conservateur synthétique)
  • Linalool - (parfum naturel et synthétique allergène)
  • Limonene - (parfum naturel et synthétique allergène)
  • Citronellol - (parfum naturel et synthétique allergène)
  • Benzyl Alcohol - (parfum synthétique allergène)
  • Butylphenyl Methylpropional - (parfum synthétique allergène)
  • Alpha-Isomethyl Ionone - (parfum synthétique allergène)
  • Geraniol - (parfum naturel et synthétique allergène)
  • Parfum - (parfum synthétique allergène)

Au regard de cette composition INCI, on entrevoit une légère différence comparé à son équivalent conventionnel, mais cette crème est loin d'être exempte de toute une chimie problématique.

En rouge ce sont les composants vraiment pas naturels et connus pour leur toxicité. En seulement 13e et 14e position, apparaissent en vert deux huiles Bio effectivement "pure & natural". Elles sont les seules, sur 29 composants.

Les autres ingrédients "naturels" sont quant à eux issus de l'agriculture conventionnelle et sont passablement trafiqués en laboratoire. Par exemple les 7 parfums à éviter absolument quand on a une peau réactive ainsi que les huiles estérifiées.

C'est là que l'on en vient au "Bio".

BIO :

Plus exactement "Bio" ne veut pas dire "biologique" mais "issu de l'agriculture biologique". Par opposition à l'agriculture intensive, dite aussi conventionnelle, à haute consommation d'engins mécaniques et d'hydrocarbures, notamment en produits phytosanitaires responsables de la stérilisation de la terre. Ce mode de culture n'a pourtant que 50 ans, mais ses ravages sont considérables et parfois irréversibles.

Pour ceux qui veulent en savoir plus, voici "Alerte à Babylone", un documentaire visible sur U-tube. Et le guide Cosmetox (pdf) édité par Greenpeace sur la chimie industrielle toxique en cosmétique.

Donc ce qui est " bio" est fatalement "écologique *et* naturel"

Mais je dis "Attention !"

Étape #2

Tout le "Bio" ne se vaut pas. Il existe différents labels qui supposent plus ou moins de bio dedans. Par exemple, comme évoqué plus haut, certains additifs peuvent être autorisés dans les produits alimentaires et certains ingrédients trafiqués en laboratoire comme les huiles estérifiées qui sont de plus en plus répandues en cosmétiques Bio. Nous en arrivons donc au point le plus fastidieux, se familiariser avec les logos.

par exemple :

  • AB et Label Européen
    Ces deux labels dépendent de l'organisme de contrôle Écocert et sont les plus souples en matières d'utilisation de pesticides et d'engrais, de proportion d'ingrédients naturels et/ou Bio, ainsi qu'une tolérance pour un certain pourcentage d'OGM.
  • Demeter
    C’est un label certifiant la pratique d’une agriculture biodynamique. Très proche de l’agriculture biologique, la biodynamie se distingue par une charte plus stricte. Demeter utilise par exemple des fertilisants naturels préparés sur place. L'exploitation agricole est considérée comme un ensemble autonome.
  • Nature & Progrès
    Label associatif et privé qui se différencie de l’agriculture biologique par des exigences supplémentaires : l’intégralité de la ferme doit bénéficier d’une certification 100% bio, sans ensilage, sans vitamines ou minéraux de synthèse. L’exploitation doit respecter les règles d’agrobiologie par la limitation de la taille des élevages et la densité des animaux. L’intérêt de ce label est qu’on peut le retrouver sur des catégories de produits alimentaires et cosmétiques mais aussi non labellisés par Écocert. : produits ménagers, sels marins, fertilisants, produits animaux tels que ceux issus de la ruche, les ovo et lacto-dérivés, et la lanoline.

Ces labels peuvent s'ajouter à d'autres offrant une garantie de commerce équitable, un emballage non-toxique et recyclable, l'absence de matières d'origine animale ou de tests faits sur des animaux, la provenance d'un exploitation forestière durable, etc...

logo_non_teste_sur_animaux.jpg

par exemple :

  • Vegan
    Les produits portant ce label ne contiennent aucun ingrédient d'origine animal. Ni lait, ni miel, ni œuf.
  • PEFC
    Système de certification basé sur les critères de gestion durable des forêts en Europe. PEFC France exige même de conserver un arbre mort ou sénescent par hectare afin de préserver la biodiversité.
  • One Voice bleu et orange
    Le bleu garantit que le produit est vegan (à l’exception du miel et de la cire, ce qui est bien mais pas top), et qu'il est non testé sur les animaux. Le orange est identique avec en plus la provenance de l’agriculture biologique.
  • Peta France
  • Cosmébio
  • BDIH
    Organisme indépendant d’origine allemande, garantissant des cosmétiques formulés à base de matières premières végétales de culture biologique ainsi qu’une absence totale de produits issus de la pétrochimie, de colorants ou parfums de synthèse, de matière première animale (sauf si l’extraction de la substance n’entraîne pas, d’après BDIH, la mort de l’animal, comme le lait ou la lanoline).

Concernant One Voice, il y a un bémol qui porte sur le fait qu'il concerne l'ensemble du produit et pas ses ingrédients pris séparément. Pour ces derniers, il faut se référer au label Bio éventuellement associé au produit. Dans ce domaine, le label BDIH est une référence.

Cosmébio dépend de la certification Écocert - comme le label UE et AB - et propose lui-même deux labels, Bio Cosmétique et Éco Cosmétique ; histoire de simplifier nos achats. C'est deux là jouent en effet passablement avec notre niveau en calcul mental, chacun autorisant une part minimum (donc variable) d'ingrédients conventionnels, naturels et/ou Bio dans la composition. Voyez plutôt :

produit-label-eco.jpg


produit-label-bio.jpg


Mais pourquoi se compliquer la vie comme ça quand on peut aller au plus simple ; laissez tomber la calculette et repérez en toutes circonstances les labels BDIH et Nature & Progrès qui à l'heure actuelle sont les meilleurs.

Étape #3

S'attacher à un principe pour des repères faciles : la simplicité

Cet article ne fait pas un tour d'horizon exhaustif des labels. Et pourtant il est déjà fastidieux de retenir les spécificités de tous ceux cités ici. Sans parler des affaires qui dénoncent des entreprises dont leur production est labellisée quand sur le terrain on dénombre de nombreuses infractions au cahier des charges.

C'est comme tout, il est nécessaire de s'informer régulièrement et, pour y voir clair, de prendre la peine de lire les étiquettes afin de se familiariser avec tout ce jargon.

Enfin pour gagner du temps et être sûr de se tromper le moins possible, préférer les matériaux bruts et les produits de bases non transformés. Ils ont l'avantage d'une manipulation souvent artisanal (car le Bio n'échappe pas à la fabrication industrielle), de mieux se conserver, ils sont plus riches en principes actifs, polyvalents et offrent un goût plus authentiques. C'est autant valable pour une table en bois massif que pour une huile hydratante. En deux mots :

Plus la composition est courte, plus c'est facile de savoir ce que l'on achète.