mezamashidokei

la sonnerie du réveil

21/07/2014

L'exception Du Miel

Scroll down

Dans un régime végétalien, le miel est exclu étant un produit d'origine animal. Beaucoup y oppose la différence de la mise à mort d'un être vivant qu'impose la viande en elle-même pour en justifier leur consommation dans un régime végétarien.

C'est ignorer que l'exploitation d'un animal entraîne sa mort prématurée et fait de sa vie un enfer.

Tous les produits laitiers, admis dans un mode alimentaire végétarien, sont la transformation d'un lait qui ne profite pas à un veau, celui-ci étant enlevé à la mère pour lui-même être "transformé". À la mère, on réserve un traitement particulier qui, dans les exploitations en mode intensif, se résume à manger du soja OGM entravée dans un box pendant qu'on la pique aux antibiotiques et la traie jusqu'à la dernière goutte. Même dans les exploitations Bio qui aujourd'hui fonctionnent pour une majorité d'entre elles sur le mode intensif, engagées dans des logiques de profit, le destin des animaux n'a rien de plus enviable.

La taille minimale d'une aire d'exercice pour les porcs par exemple, en label AB et Européen, est de 1m².

On observe donc que même en bio, les animaux restent exploités et plus ou moins mal traités selon la certification de l'exploitant. Certains labels étant beaucoup plus exigeant que d'autres.

_ À ce sujet, je vous invite à parcourir {mon guide Bio} _

Dans le même ordre de logique à géométrie variable, combien de végétariens savent que la majorité des fromages sont fabriqués à base de présure, une enzyme prélevée dans l'intestin du veau ? Un veau mort, présentement.

J'ai moi-même ma part d'incohérence. Depuis quinze ans environ, je n'ai ingéré aucune antibiotique. Je me soigne seule. Lorsque je suis malade, ce qui arrive rarement maintenant, je me procure des herbes pour des infusions et des huiles essentiels, mais aussi du miel. Malheureusement je n'en trouve pour l'instant que sous label AB.

J'ai conscience que les abeilles à qui ont a enlevé le fruit de leur labeur sont exploitées et plus ou moins mal traitées. Seulement jusqu'ici je n'ai trouvé aucune autre alternative {aux vertus antibiotiques et cicatrisantes du miel}. Mais j'y travaille.

Je connais depuis longtemps d'ailleurs celles du chlorure de magnésium, dont le nigari est la forme naturelle et qui sert à la fabrication du Tofu au Japon. Il est notamment :

Antiseptique, antiviral, tonique, euphorisant, immuno-stimulant, cicatrisant, vulnéraire, régénérant cutané, antispasmodique, il favorise la concentration, laxatif, anti-dépressif, calmant, relaxant, décongestionnant prostatique, aphrodisiaque, anti-inflammatoire et légèrement antalgique.

Et j'apprends en ce moment à étendre l'utilisation que j'en avais, c'est à dire uniquement comme désinfectant et cicatrisant pour les coupures, afin d'en faire un remède polyvalent. Un fortifiant du terrain en prévention, évidemment, mais aussi un soin spécifique contre les boutons d'acné et leurs cicatrices.

En attendant, on va dire que pour compenser mon karma vis à vis des abeilles, je prends soin de mon lapin, enfin de ma lapine, {Bouh}, que je soigne elle-même avec du miel.

Nous avons été chargés un jour de la prendre en pension, et elle n'est en fait jamais revenue chez son ancienne propriétaire. Qui l'avait achetée entre une orchidée pour le salon et un vase pour la poser sur la cheminée, assorti à son buffet.

Le regard de Sakura, à l'époque, ne savait exprimer que l'inquiétude.

0.JPG

À l'enfermement en cage trop petite et parfois continu sur plusieurs jours, à l'absence d'un milieu sécurisant, de cabanes, de cachettes bien à elle, voire d'un simple tapis, à une alimentation inadaptée et totalement dépourvue de crudités, à de plusieurs comportements agressifs de la part des personnes de son environnement, et peut-être même des coups, s'ajoutait, lorsque nous l'avons rapatriée à la maison, une pododermatite.

pododermatite.jpg

Tout ce que j'avais lu était peu encourageant sur les chances de cicatrisation et encore moins sur la repousse des poils. Pourtant elle n'a eu que deux ou trois cataplasmes de miel et une surveillance de tous les instants pour l'empêcher de mâchouiller sa blessure avec ses dents en lame de rasoir.

Résultat, une patte toute neuve, sans nécrose et sans peau dépourvue de poils, au bout de quatre mois.

1.JPG

2.JPG

3.JPG

Démonstration de la puissance exceptionnelle du {miel}.

Et pas du miel médical, cette imposture, cette tartuferie® du lobby pharmaceutique, égal à lui-même, toujours mu par l'entretien de la croyance que la nature n'est bonne qu'après avoir été modifiée par l'Homme.

Ni même d'un miel en particulier, d'un miel parmi d'autres, qui ont chacun certaines spécificités. Miracle des abeilles, donc, sur un truc en p'luche qui est *tout sauf une peluche*. Une mout-mout à moustache pour laquelle j'ai eu un coup de foudre quand la première fois je l'ai vue, encore bébé, dans un coin de sa maudite cage, en train de manger du foin.

Un missile sol-sol qui chaque jour me donne des leçons d'humanité. Une humanité infinie. Presque animale.

4.JPG

5.JPG

6.JPG

7.JPG

8.JPG

9.JPG

10.JPG

11.JPG

20/07/2014

Rendez-Vous Dans Ma Cuisine - [L'Assaisonnement]

Scroll down

Dans ma cuisine, l'assaisonnement se résume à très peu de choses, mais à de très bonnes choses. Jusqu'ici je consommais pas mal d'huile d'olive ou de colza, avec de la sauce de soja, éventuellement un peu de gomasio, ou bien une sauce salade épaisse à base de {Mayo Coco}. Mais récemment mon compagnon - c'est lui qui fait la cuisine à la maison - met en pratique des recettes directement inspirées de la cuisine japonaise traditionnelle, où on ne met jamais d'huile sur les crudités et où il n'y a pas d'autre sel que celui contenu dans la sauce de soja.

Lorsqu'on on est intolérant au gluten, il est important de connaître le mode de fabrication de cette dernière. Car elle est le résultat d'une fermentation de graines de soja sur un levain. C'est ce dernier qui peut poser problème. Pour résumer, la sauce de soja est à base de fèves cuites à l'étuvée auxquelles on mélange des grains de blé plus ou moins grillés. C'est la torréfaction de ces derniers qui détermine la couleur de la sauce. Puis on ajoute de la levure de riz, la même qui sert à la fabrication du saké, et on laisse fermenter pendant plusieurs jours durant lesquels des micro-organismes vont se développer. Il existe de nombreuses variantes dans ce procédé dont découle cinq principales sauces différentes. Voici comment les reconnaître :

  • Koi-kuchi - 濃口 - "épaisse en bouche" : la plus vendue, la plus polyvalente aussi, elle est faite à partir de quantités à peu près égales de soja et de blé.
  • Saishikomi - 再 仕 込 - "deux fois infusé" : Cette variété est une seconde fermentation de la saumure utilisée pour la Koi-kuchi. Par conséquent, elle est beaucoup plus sombre et plus fortement aromatisée.
  • Usu-kochi - 薄口 - "blancheur fine en bouche" : plus salée mais plus claire, sa couleur découle de l'utilisation du amazake, un liquide sucré à base de riz fermenté.shiro_shoyu.jpg
  • Shiro-shôyu - 白 - "coupe d'alcool blanc" : sauce de soja blanche, presque transparente, au goût extrêmement léger, obtenue sur un levain uniquement composé de blé. Elle sert dans le cas où on ne veut pas altérer la couleur des aliments.
  • Tamari-jôyu - 溜る - "accumulation réservée" : la plus forte en goût mais aussi la plus épaisse, elle sert traditionnellement au Japon au sashimi et au Tsukudani (poisson mijoté). C'est la sauce la plus ancienne, l'originale, proche de celle venue de Chine dont se sont inspirés les Japonais, soit la seule qui ne contient aucune céréale. En effet, elle est produite sur un ferment issu du Miso, dont elle est à l'origine un sous-produit connu sous le nom de miso-damari. Elle est donc en principe sans gluten. Mais il vaut mieux choisir une marque labellisée.

Il est également essentiel de préférer acheter sa sauce de soja en magasin Bio pour éviter l'alcool, le sel de soude, le sucre, les colorants, les OGM et les exhausteurs de goût, très courants parmi les ingrédients des marques de l'industrie conventionnelle, comme notamment le glutamate monosodique.

On prête aux sauces soja des vertus digestives dues aux acides lactiques qu'elles contiennent, ainsi que l'élimination de métaux lourds tels que le mercure. Le Tamari provenant du Miso contient également de la vitamine B12.

cups.jpg

Le Tamari est donc la sauce de soja à retenir pour un régime sans gluten. Aussi, pour faire un assaisonnement parfumé et léger, du Tamari et un jus d'agrume suffise, auxquels on ajoute éventuellement un peu de vinaigre, puis des aromates ou des épices selon les goûts.

On obtient ainsi le Ponzu - ポン酢 - "jus d'orange amère pressée et vinaigrée", une combinaison typiquement japonaise faîte à l'origine d'un jus de yuzu, l'agrume star de la cuisine japonaise, et du Koi-kuchu, la plus courante des sauces de soja. Soit une sauce de salade sans sel ajouté et sans aucune matière grasse. Mais qui a un méchant goût de "j'en mettrais bien partout".

Comme agrume, on utilise une orange à jus ou un citron jaune. Ce dernier a la particularité d'alcaliniser le sang et a une action eupeptique, c'est à dire qu'il favorise la digestion, {entre dizaines d'autres bienfaits}. Mais les agrumes en général apportent surtout la vitamine C indispensable au fer pour être assimiler.

Pour le vinaigre - on l'a choisi de cidre bio - il contient plus d'une trentaine de substances nutritives qui en font un aliment indispensable {aux vertus multiples}. Il a d'ailleurs autant sa place dans la cuisine, que dans la salle de bain.

Enfin dernièrement nous testons le jus de pomme frais pour rejoindre les ingrédients de notre Ponzu maison. Il est extrait d'une variété de pommes extrêmement rustiques et apporte un goût vert, particulièrement acidulé, qui se marie parfaitement aux saveurs du chou cru.

15/07/2014

Chaleur Des Nouilles - [Repas Du jOur]

Scroll down

Deux petits plats très simples pour un jour de pluie chaude.

Salade de betterave cuite, d'avocat et de radis crus sur du chou émincé, poché et adossé à une poignée de batavia coupée au ciseau. Le tout accompagné d'un gros bol de nouilles au sarrasin qui revigorent. Cuites à part dans l'eau claire, les nouilles sont incorporées juste avant de servir à un bouillon à base de Tamari, d'huile d'olive et de Miso.





- page 1 de 20