mezamashidokei

la sonnerie du réveil

11/04/2014

[Urbres] ~ Poitiers Place d'Armes / Pierre Loti

Scroll down

Rappelez-vous les belles images trafiquées du plan com de la ville de Poitiers pour vendre son projet de rénovation du centre ville. Où l'on voyait un théâtre encore en pleine activité alors qu'ils avaient déjà prévu de le vendre à des spéculateurs privés.

poitiers_com_2.jpg


poitiers_com_1.jpg

Voyez à quoi ressemble la triste réalité. Des arbres qui mettront vingt ans pour atteindre le format de la belle image. Un théâtre abandonné, un centre commercial en ruine destiné à être transformé en appartements de haut standing.

{Un désert de granit chinois}. Le même importé partout en France pour les chantiers de rénovation des centres urbains ou de construction de réseaux de tramways, à Bordeaux, Toulouse, Clamart, Angoulême en passant par Grenoble, Brest, Séné, Tours, Nantes...


En réaction je fixe autour de moi - par l'image également - dans mon quartier, à côté ou un peu en dehors, [les urbres].

Urbres : Végétal dont la tige, appelée fût ou tronc, ne se garnit de branches et de feuilles qu’à une certaine hauteur, et vit incarcéré dans les zones urbaines ; souvent victime, parfois entré en résistance, survivant du bétonnage global.












03/04/2014

Un Rien De Holga Pour Deux Sous

Scroll down

Il est souvent inutile de dépenser des fortunes pour obtenir des effets, un style ou un angle particuliers. Ça s'applique à tout et particulièrement à la photographie argentique. Voici par exemple un appareil jetable acheté en grande surface pour deux euros.

Une broutille pour l'acquisition d'une chambre noire basique tout en plastique, une optique en cul de bouteille également en plastique ; bref un truc qui ne va en théorie servir qu'une fois.

Oui mais voilà ! Si vous n'êtes pas trop embourbé des doigts, vous avez là un appareil argentique ultra compact, léger, hyper hype et rechargeable.

Contrairement à un boîtier argentique classique où la pellicule va se dérouler durant les prises de vues et où il faudra rembobiner avant d'ouvrir le capot pour la récupérer, dans ces appareils le film est à l'inverse déjà déroulé et il se rembobine dans sa capsule au fur et à mesure que vous prenez des photos.

D'ailleurs, ces produits ont beau arborer le mot "jetable", une fois récupérés par les labos qui les développent, ils ne sont pas du tout mis à la poubelle mais rechargés et reconditionnés tant que leur état le permet ; ce grâce à un petit trou...

Il suffit en effet d'ouvrir l'arrière de l'appareil en actionnant la fermeture du capot sur le côté, de placer une nouvelle pellicule, d'engager l'amorce dans le logement vierge, de refermer et de la dévider en tournant la mollette vers la gauche après avoir désamorcer l'entraînement. Pour cela, on a juste besoin d'un trombone.

L'astuce en images ::


Ci-dessus la pellicule d'origine qui comme vous le voyez est complètement rembobinée.

Et là le petit trou qui va changer le destin de notre jetable.

Comme indiqué par la flèche rouge, le trombone (ou n'importe quelle tige rigide équivalente) va écarter une languette qui bloque la roue crantée de la mollette dans le sens du réarmement.

Surtout veillez à tourner doucement pour ne pas trop forcer sur la fin du film et risquer de le détacher de sa capsule. Avant de retirer le trombone, on peut aussi remettre le disque indicateur du nombre de prises de vues à zéro.

Et voici ce que donne l'engin avec sa focale passablement courte, loin d'être désagréable, son vignettage discret, un focus hyper centré et des aberrations de perspectives avec lesquelles il peut être rigolo de jouer selon les sujets ; des images un rien vintage et stylées, sans les charger de filtres numériques, sans devoir tricher.




27/03/2014

Recette Du Kéfir d'Eau [Vidéo]

Scroll down

Ce n'est pas les blogs et les vlogs qui manquent pour apprendre à faire soi-même un kéfir d'eau. Mais plusieurs petites choses restant floues ou contradictoires, j'ai eu envie de partager avec vous la recette que j'ai adaptée après quelques essais réussis, autant concernant le bon déroulement de la fermentation que l'organisation la plus pratique. Car c'est bête comme chou le kéfir, mais c'est un peu de travail quand même.

Tout d'abord, j'ai appris qu'il y a deux sortes de kéfir, et de fait, de grains de kéfir. Les uns (plus blancs) pour fabriquer du kéfir de lait, les autres (plus transparents) pour préparer une boisson fermentée à base d'eau, légèrement gazeuse, très rafraîchissante et aux saveurs identiques au cidre brut. Sans les grosses bulles.

Les deux sont très riches en pro-biotiques et le premier très bien toléré par les intolérants au lactose. J'en suis ; comme tout intolérant au gluten ou presque, on a malheureusement tendance à cumuler les deux. Je dis "malheureusement" parce que je suis une totale fondue de fromage. Et ça me manque tellement que je vais bientôt tenter la fabrication de fromage végétal. On en reparlera.

Tout ça pour dire que, sans chercher à valoir un principe universel, je veux au moins témoigner de mon expérience qui est qu'après avoir mangé un pot entier de kéfir de lait *bio*, tout allait très bien. Et aussi le surlendemain.

Idem avec le Kombucha (boisson également fermentée pleine de {lactobacillus} ) et le kéfir d'eau que voici donc que voilà :::

Vous avez les ingrédients, la quantité, le temps de fermentation, les conditions de stockage. Reste à ajouter que l'eau du robinet convient très bien, seulement la mienne est d'abord mise en bouteille de verre vert - type bouteille d'huile d'olives - et elle décante au moins 12 heures pour laisser le chlore s'évaporer.

Contrairement à ce qu'on peut lire souvent, la remontée de la figue n'indique pas que le kéfir est prêt. Sèche avant, elle va vite se gorger d'eau et fatalement rejoindre les rondelles de citrons qui se la coulent douce à la surface. La fermentation dépend beaucoup de la température ambiante et de la vigueur des grains. En général je filtre au bout de 48 heures ou un peu moins.

S'il faut éviter le métal pour manipuler les grains de kéfir, c'est parce-que ça les tue. Aussi quand vous filtrerez votre kéfir, utilisez un filtre à café et un entonnoir en plastique pour le mettre en bouteille. Je sais, c'est pas très bio-écolo-naturel, mais je n'ai pas encore de tour à bois à la maison pour me fabriquer mes propres ustensiles.

La durée de conservation du kéfir d'eau n'est pas indiquée explicitement dans les infos que j'ai récoltées. Pour l'instant j'expérimente sur plusieurs semaines, au frigo dans des bouteilles de limonade récupérées, et jusqu'ici tout va bien.

Une fois vos grains récupérés, nettoyez les par des bains successifs jusqu'à obtenir une eau la plus claire possible. Ils sont alors prêts pour une nouvelle fournée.

Les grains sont vivants et donc se multiplient. Quand ils auront atteint environ le double de leur poids initial, vous pourrez en stocker une partie au frigo, recouvert d'eau avec 1 c-à-s de sucre et d'une gaze. Cette réserve sera ensuite mélangée avec les autres grains avant leur nettoyage, puis de nouveau divisée pour une nouvelle préparation. Ainsi vous aurez toujours des grains de recours en cas de souci et ils s'affaibliront moins vite. Même si les grains sont des petites choses qui vivent très longtemps si on en prend bien soin.

Lorsque vous en aurez vraiment beaucoup, vous pourrez devenir donateur de grains et rejoindre ze moultissimo réseau international des auto-frabricants de kéfir.

Concernant le sucre, le mien est donc complet, c'est à dire plein de minéraux et les grains adorent ça. On peut bien sûr utiliser aussi du Rapadura, mais il est un peu plus cher. La différence entre les deux ?

  • Le sucre complet provient d'un jus de canne à sucre chauffé pour épaissir, puis broyé après complète évaporation.
  • Le Rapadura est obtenu à froid après simple séchage du jus de canne pressée.

Les deux sont pourvus de toute leur mélasse, contrairement au sucre blanc, blond, roux. Et ils ont tendance à colorer les grains de kéfir, ce qui n'enlèvera rien à leur vitalité.

C'est toujours mieux de consommer un produit le plus intègre possible du fait de ne pas avoir été chauffé, bouilli, pasteurisé, ionisé et tutti quanti. Il conserve davantage tous ses nutriments, ses vitamines, ses minéraux et ses oligo-éléments. Il est ainsi plus riche en bonnes chose utiles pour nos petits corps et mieux assimilé par lui. C'est d'autant plus important pour le sucre qui sans cela est une molécule morte, facteur notoire d'inflammation.

Comme l'écrit très justement mon ami Karuiashisan : "Si vous pensez ne pas pouvoir vivre sans sucre c'est que vous avez un problème avec ce non-aliment et qu'il est temps d'entrer en désintox."

Où se procurer des grains ? Posez la question dans un magasin Bio. On pourra peut-être vous indiquer des pistes ou carrément vous en donner. D'ailleurs ceux qui habitent à Poitiers peuvent s'en procurer au Biocoop Sud, ils sont gratuits. Je crois que nous sommes deux à leur en apporter régulièrement.

Par contre, comme ils les stockent au frigo - ce qui ralentit leur activité - il faudra environ trois fournées de kéfir pour voir les grains de nouveau se multiplier de manière significative.

Il existe aussi des forums où l'on peut en demander, mais là je vous laisse faire vos propres recherches. Je peux éventuellement en réserver pour des lecteurs fidèles ou de passage qui viendraient gentiment m'en réclamer. Comptez par contre le coût de l'envoi par la poste, dans un zouli bocal tout propre et un petit paquet bien solide.

- page 1 de 14